Swallowtail Ageha

Blog créatif, vegan & japonisant

Swallowtail Ageha
Browsing:

Étiquette : corée du sud

[Série] Kingdom Saisons 1 et 2

KingdomPour la reprise du blog, on va parler de série, et plus précisément de série asiatique, petit retour au sources puisque mon tout premier blog était un blog de critiques ciné et séries asiatiques. Et puis en cette période de confinement, on est certainement nombreux à regarder des séries et films sur des plateformes tels que Netflix, ça tombe bien, Kingdom est disponible sur cette plateforme, pour l’instant les deux saisons comportent 6 épisodes d’une durée de 40 à 60 minutes. Une 3ème saison est en cours de tournage.

Il y a quelques années je regardais beaucoup de séries asiatiques, également des sud-coréennes mais plutôt des romances, comédies et parfois aventures, mais je m’en lassais assez vite et j’avais pu à l’époque découvrir des séries coréennes qui sortent un peu du lot comme Coma une série d’horreur dans un vieil hôpital et j’aime vraiment beaucoup les séries ou même films d’horreur asiatiques ! Donc imaginez à quel point j’étais ravie de découvrir Kingdom, une série d’époque en costumes avec … des zombies ! Moi qui fuyait les films de zombies, maintenant ça me plait vraiment beaucoup (certainement grâce à Dernier Train pour Busan).

Parlons de la série, déjà j’ai adoré et j’ai beaucoup trouvé dans cette série un peu justement de Dernier Train Pour Busan : une épidémie comme déclencheur du réveil des morts, une propagation très rapide et vite incontrôlable, des zombies déchaînés, rapides et voraces, un renversement des codes classiques du genre zombie, des anti-héros, deux catégories de la population divisées et dont le fossé se creuse avec l’épidémie, un peu d’humour, et la critique de toute une société via une histoire horrifique.

Kingdom (Bae Doona)

La première saison est une réussite car elle réussi à mêler habilement film d’époque en costumes, scènes de combats au sabre, drame et horreur, les costumes et les décors sont superbes, ainsi que les paysages, une esthétique particulièrement bien travaillée et qui rend le visionnage vraiment agréable. La musique quand à elle est bien dosée surtout pour les scènes plus éprouvantes, mais pas spécialement originale non plus. On notera également quelques touches d’humour voire humour noir dans certaines scènes d’affrontement entre humains et zombies ou encore un personnage vraiment drôle dans le casting principal qui finalement a toute son importante. L’ambiance est ultra stressante car les zombies sont très rapides et agressifs, peu de temps morts dans certains épisodes, on a rarement le temps de souffler et on s’attache également vite aux personnages ce qui contribue encore plus à se soucier de leur sort et à l’ambiance stressante qui règne à chaque épisode. Bref, cette série joue parfaitement bien sur nos nerfs, c’est réussi.

(suite…)


Parasites de Bong Joon Ho

Bong Joon Ho a reçu la palme d’or cette année au Festival de Cannes pour son dernier film, Parasites, autant dire que j’étais vraiment contente pour lui car j’aime énormément son travail que j’avais découvert avec The Host, Memories of Murders et Snowpiercer, tous excellents en particulier les deux premiers, marquants, le genre de film qu’on oublie pas.

Je suis donc allée voir au cinéma Parasites et j’ai adoré, j’ai retrouvé tous les ingrédients des films de Bong Joon Ho que j’aime et qui fonctionnent si bien ensemble, de bons ingrédients pour une bonne satire sociale. D’ailleurs dans la salle, beaucoup de réaction, de rires, etc. Je pense que là c’est une palme d’or qui fait l’unanimité que soit auprès de la presse que du public.

Le titre du film représente bien son sujet, comme toujours Bong Joon Ho traite un sujet difficile et grave sur un ton particulier avec beaucoup d’humour notamment grâce aux dialogues et au jeu des acteurs, mais aussi lors de situations improbables qui surprennent soit par leur noirceur, soit par une suite d’évènements qui s’enchaînent et qui va forcément prêter à rire malgré la gravité des actes des personnages.

Le film se moque aisément de la bourgeoisie en opposant  une famille pauvre qui vit de petits boulots mal payés et de petites combines face à une famille très riche vivant dans une immense maison. Pour marquer les différences, le réalisateur n’a pas peur de forcer sur les stéréotypes sans toutefois montrer que chacun à une part de bon et de noirceur, quelques soit la classe sociale. Donc nous avons une famille pauvre vivant dans un quartier très modeste, une petite maison pour cette famille de 4 personnes, face à une famille comptant 4 membres également et ayant en plus le luxe d’avoir une gouvernante et vivant donc dans une immense maison (propriété). Les attitudes, le style vestimentaire sont différents également. Et la famille ne fait parfois qu’une seule personne, ici l’union fait la force.

(suite…)


Grass de Hong Sang Soo

Grass est le dernier film en date de Hong Sang Soo, je commence à être une habituée du cinéma de Hong Sang Soo car il sort à peu près un film par an que je vais voir dès qu’une sortie est programmée. Chaque année, je me dis que c’est fini, je n’irai plus voir le dernier film de HSS car c’est toujours pareil et finalement j’y retourne, et je ne m’en lasse même pas. Pourquoi ? J’aime le cinéma de HSS, tout ce qui le caractérise, que ce soit la réalisation, les personnages, les thèmes abordés, le casting, la musique utilisée ou même les génériques ! Finalement, chacun de ses films se démarque des autres mais garde son identité qui lui est propre

(suite…)