Swallowtail Ageha

Blog créatif, vegan & japonisant

Swallowtail Ageha

Leto de Kirill Serebrennikov

Ce n’est pas souvent que j’ai l’occasion de voir un film russe au cinéma et j’aimerais en voir plus d’ailleurs, j’ai découvert LETO ce weekend et j’ai tellement aimé ! J’espère qu’il sortira en dvd, j’espère le revoir.

Je suis surtout allée voir Leto au cinéma parce que le sujet me plaisait, le thème de la musique au cinéma est un sujet que j’affectionne particulièrement, surtout lorsqu’il s’agit de musique rock/punk. L’histoire se déroulant en URSS dans les années 80 fait tout le charme du film. Le film dégage une telle énergie, et pourtant il dégage en même temps une ambiance douce, poétique et nostalgique grâce aux chansons de Viktor, un des personnages principaux. Ce film est rempli d’oppositions, un côté très rythmé face à un côté calme, un côté rebelle face à un côté plus doux et poétique, des scènes majoritairement en noir et blanc pour les moments présents face à quelques scènes en couleur pour les souvenirs filmés par le caméraman qui suit les musiciens tout au long de cette histoire et toujours cette jeunesse qui tente de s’exprimer comme elle peut malgré les limites imposées par l’état (l’exemple de la salle de rock avec un public assis et quasi statique de façon contrainte face à un groupe de rock chantant dans un langage « familier » qui se retient pour chacun de se lâcher à tout moment, toujours contraint, car aucun débordement toléré). On se retrouve souvent face à des scènes totalement irréelles et imaginaires (la scène dans les bus par exemple) où un personnages entraine le groupe à se lâcher (leur conscience ?) et nous rappelant que cette scène n’a jamais existé (mais ça aurait bien aimé), scènes illustrées souvent par des notes écrites directement sur l’écran. Original et réjouissant, totalement imprévisible, surprenant et souvent drôle. Le film a beau insérer des séquences de rêveries, l’histoire est bel et bien basée sur l’histoire d’un réel chanteur Victor Tsoï (décédé dans un accident de voiture l’âge de 28 ans) et de son groupe Kino.

Ce film est également la découverte bien sûr d’acteurs et actrices que je ne connaissais pas du tout et qui m’ont particulièrement touchée et fait rire, ainsi qu’un réalisateur talentueux, qui j’espère continuera de nous émerveiller encore avec d’autres films.

Enfin, les références musicales de culture rock et punk sont tellement chouettes, The Velvet Underground, Lou Reed, Talking Head, Blondie, David Bowie, Iggy Pop, T-Rex, Rolling Stones, Beatles, Sex Pistols (certaines sont chantées, d’autres évoquées dans des discussions …). Mention spéciale à la scène dans le bus avec la reprise de Psycho Killer des Talking Heads.

Leto est un chouette film qui met de bonne humeur, je vous le conseille vivement.

Si vous avez aimé le film et que je vous voulez écouter un peu plus de ce groupe, les albums sont en écoute sur Youtube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =