Swallowtail Ageha

Blog créatif, vegan & japonisant

Swallowtail Ageha

Ecopunk de Fabien Hein et Dom Blake

J’ai terminé il y a un moment déjà un livre coup de coeur, c’est un essai de Fabien Hein et Dom Blake faisant le parallèle entre la musique et culture punk et l’engagement écologique et la cause animale, de la fin des années 70 à nos jours. Ce livre c’est Ecopunk, Les punks, de la cause animale à l’écologie radicale.

Les thèmes abordés englobent une multitude de sujets liés à l’écologie et la cause animale, de leur début relativement discret à un engagement plus « radical », tels que le végétarisme puis le mode de vie végane et l’antispécisme, le refus des nouvelles technologies notamment la voiture avec les masses critiques pour la réappropriation des routes (tout un chapitre sur le vélo et le skate), la dénonciation de la consommation de masse (et la récupération commerciale du mouvement punk dans les années 90), la vie à la ville, le retour à la terre et à la campagne, le Do It Yourself (terme omniprésent dans la culture punk et qui logiquement est lié à tous ces sujets), l’éco-terrorisme (destruction des infrastructures par exemple), le refus des loirs et des règles sociales, les actes politiques, etc.

Cet essai débute par la 2ème vague du mouvement punk en Angleterre avec notamment Crass à la fin des années 70 (donc le livre ne mentionne que très brièvement les groupes punk de la première vague et que nous connaissons tous comme les Clash, sauf les Dead Kennedys régulièrement cités) qui initiera beaucoup d’autres groupes punk vers cet engagement.

Beaucoup de citations de magazines et revues punks ainsi que de moreaux de chansons traduites en français sont insérées un peu partout et pour illustrer chaque thèmes, ce qui je trouve est un des plus grands atouts de cet essai, en plus des nombreuses sources citées, ce montre bien là l’énorme travail de recherche de la part des auteurs.

Honnêtement, je connais très peu la culture punk malgré tout mon intérêt pour celle-ci, donc j’ai vraiment appris énormément de choses, découverts la plupart des groupes/collectifs cités (Crass pour ne citer que celui là étant donné que c’est lui qui revient le plus souvent ou encore Conflict), ainsi que les mouvements qui leur étaient liés (Earth Resistance), et aussi des sujets liés à la culture punk auquels ne m’attendais pas du tout comme la permaculture.

Beaucoup de réflexions très pertinentes que ce soit sur l’écologie ou la cause animale du point de vue du militantisme notamment, beaucoup de sujets me parle évidemment car ils sont toujours (malheureusement) d’actualité ! Par exemple, le chapitre sur le vélo, symbole Do It Yourself, d’indépendance, de liberté et de résistance aux voitures (et donc infrastructures) qui détruisent les paysages et prennent toutes la place aux piétons, et bien évidemment la cause animale obligatoirement liée à l’écologie, sujet encore plus d’actualité au vu de l’état de notre planète qui se meurt.

Toutes les prises de conscience et ces mises en garde par le mouvement punk depuis les années 70, et malgré tout, nous en sommes toujours au même stade, malheureusement.

Pour moi, Ecopunk est tellement pertinent sur tous les thèmes qu’il aborde et absolument nécessaire, qu’on connaisse ou non la culture punk, et si la cause animale et l’engagement écologique sont des thèmes qui vous intéresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 25 =